La Marine américaine veut plus de navires autonomes

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 27 mai 2024 à 7h33
marine, navire, autonome, industrie, défense, usa

L'US Navy s'engage activement avec l'industrie pour l'acquisition de petits systèmes non habités destinées à être déployés dans les opérations navales. Toutefois, les processus d'acquisition et les mécanismes de financement dédiés à cette initiative restent encore à définir.

Des navires autonomes pour la Marine américaine

Les navires autonomes Arabian Fox, opérés par L3Harris, font partie de la 5ème flotte des États-Unis, plus précisément de la Task Force 59, stationnée à Bahreïn. Ce partenariat fructueux guide l'US Navy dans ses futures acquisitions dans le secteur des petits systèmes non habités.

Malgré des succès opérationnels, il est important de souligner que cet équipement ne fait pas l'objet de ventes actuelles. L'initiative pave plutôt la voie à de possibles contrats de service moyennant des frais, ou à répondre aux besoins opérationnels urgents dans le futur. Avec le temps, les progrès opérationnels pourraient convaincre le Pentagone d'intégrer structurellement la technologie par le biais du programme Replicator.

L3Harris : la rentabilité au service du combat

L'entreprise L3Harris, reconnue pour sa capacité opérationnelle rapide, propose déjà à l'US Navy une capacité passive de détection et de ciblage. Cette technologie peut être installée sur un navire non habité (USV) qui précéderait un navire habité, réduisant considérablement ses émissions et le rendant ainsi une cible difficile pour l'ennemi. Cette commodité s'accompagne d'une économie certaine, permettant à la société d'offrir à la marine un système de combat plus rentable, mais elle rencontre des obstacles pour convaincre l'établissement de défense habitué à se concentrer sur des projets de plus grande envergure.

Le Sous-Secrétaire de la Marine, Erik Raven, a souligné l'adaptabilité de la marine en matière de technologies non habitées. En fonction de leurs capacités, certains de ces opérateurs pourraient être intégrés à des projets à long terme tandis que d'autres pourraient être des acquisitions temporaires, à remplacer par la dernière technologie, assurant ainsi que la Marine dispose des meilleurs technologies que l'industrie peut offrir.

La Marine américaine veut améliorer sa défense

Cependant, il n'est toujours pas clair combien la Marine prévoit de dépenser pour les petits systèmes non habités ou quelle est la nature des investissements qu'elle prévoit de faire. Des programmes en cours dans le cadre de ce passage aux systèmes non habités incluent le programme Lionfish Unmanned Underwater Vehicle (UUV), et le Production Ready, Inexpensive Maritime Expeditionary (PRIME) Commercial Solutions Opening (CSO) en partenariat avec le Defense Innovation Unit dans le cadre de l'initiative Replicator.

Des entreprises comme L3Harris sont pleinement prêtes à répondre à la demande malgré le manque de détails sur le processus d'acquisition. Malgré ces lacunes, les progrès indiquent la volonté sincère de l'US Navy de moderniser ses mécanismes de défense. Le passage aux systèmes non habités montre un avenir prometteur pour la technologie de défense du futur, même si il faudra s'adapter aux défis uniques associés à des technologies de petite échelle, rapides et abordables.

Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l'Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.