L’Afrique déçue par les équipements militaires chinois

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 25 mars 2024 à 9h17
L'Afrique déçue par les équipements militaires de la Chine Wikipedia

Alors que la Chine solidifie sa position de fournisseur dominant d'armements en Afrique, dépassant la Russie, les retours des nations africaines révèlent une réalité moins reluisante. Les équipements chinois, bien qu'économiquement attractifs, suscitent des inquiétudes quant à leur efficacité et leur durabilité. Ce contraste entre attentes et résultats met en lumière les complexités du marché de l'armement africain et invite à repenser les stratégies d'équipement militaire.

Attraits et désillusions des offres chinoises

La stratégie d'expansion militaire de la Chine en Afrique, caractérisée par une augmentation significative des ventes d'armements, semble rencontrer un écho favorable auprès de plusieurs pays du continent. Néanmoins, l'enthousiasme initial de nations comme la Côte d'Ivoire et le Sénégal pour des équipements tels que les blindés VN22B de Norinco se heurte à des réalités opérationnelles décevantes.

Cette situation est exacerbée par une offre occidentale, notamment française, parfois en décalage avec les exigences africaines, laissant ainsi un vide que la Chine a habilement tenté de combler. Toutefois, l'expérience montre que les promesses de performance et de coûts avantageux des équipements chinois ne sont pas toujours tenues, remettant en question la viabilité à long terme de cette coopération.

Enjeux stratégiques et perspectives d'évolution

Face aux critiques concernant la qualité et la fiabilité des armements chinois, la nécessité d'une réévaluation des alliances et des offres d'équipement militaire se fait sentir. Le général Langlade de Montgros pointe du doigt les déceptions des pays africains vis-à-vis de ces matériels, qui ne répondent pas aux besoins croissants en sophistication et en technicité des armées du continent.

Cette insatisfaction soulève des questions stratégiques importantes pour la France et ses partenaires, qui doivent désormais considérer de nouvelles approches pour rester compétitifs. Renforcer la collaboration avec les institutions telles que la Direction générale de l'armement (DGA) et envisager des financements adaptés sont des pistes envisagées pour mieux répondre aux aspirations africaines.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.

Aucun commentaire à «L’Afrique déçue par les équipements militaires chinois»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis