Les États-Unis et le Japon vont développer un intercepteur hypersonique

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 15 mai 2024 à 15h30
Moscow,,russia,–,may,9,,2018:,russian,supersonic,interceptor,mig 31

Dans un mouvement décisif et critique visant à protéger le Pacifique contre les menaces hypersoniques, les Etats-Unis et le Japon ont signé un accord de coopération pour développer conjointement une capacité de défense antimissile spécifiquement conçue pour contrer les engins hypersoniques en plein vol. L'Agence de Défense Missilistique Américaine (MDA) et le Ministère de la Défense Japonais ont tous deux confirmé l'accord le 15 mai.

Les discussions sur ce développement conjoint durent depuis plus d'un an, avec deux géants industriels, Raytheon Technologies et Northrop Grumman, en compétition acharnée pour le prestigieux contrat de conception du GPI (Glide Phase Interceptor). Les deux entreprises ont été annoncées vainqueurs des contrats en juin 2022. Cet intercepteur révolutionnaire promet un déploiement initial pour le milieu des années 2030, selon le plan budgétaire de la MDA.

Une annonce ultérieure lors du sommet Japon-Etats-Unis en août 2023 a confirmé le début de cet accord de développement coopératif pour le GPI. Les destroyers de l'US Navy équipés du système de défense antimissile balistique Aegis seront les principaux hôtes de ces intercepteurs de pointe. Ces intercepteurs seront associés au système d'armes Aegis Baseline 9 modifié de pointe, visant à offrir une réponse inégalée aux menaces hypersoniques.

La tâche à venir est techniquement complexe avec d'importants défis vu la nature délicate des armes hypersoniques. Ces missiles se déplacent à une vitesse supérieure de cinq fois à celle du son et possèdent une autonomie de manœuvre à vol, rendant extrêmement complexe la prédiction des trajectoires.

Cet accord s'inscrit dans le cadre du Mémorandum d'Entente bilatéral entre les Etats-Unis et le Japon pour les projets de recherche, développement, test et évaluation. En unissant leurs forces pour le développement du GPI, les Etats-Unis et le Japon ne font pas que renforcer la dissuasion régionale mais amplifient aussi significativement leur coopération en matière de défense antimissile de longue date.

La MDA assumera la responsabilité de piloter le développement du GPI en local. Parallèlement, le Japon assume un rôle crucial, prenant la tête du développement des moteurs à réaction et des composants de propulsion du GPI.

La région englobant le Japon a connu une augmentation alarmante des développements de technologies liées aux missiles, notamment en matière d'armes hypersoniques. Renforcer les défenses contre ces technologies est devenue une urgence, soulignant l'importance de ce projet coopératif.

Précédemment, les Etats-Unis et le Japon avaient un accord de coopération similaire pour le développement du missile SM-3 Block IIA, un projet entrepris par Raytheon Technologies. Alors que l'accord actuel prévoit une capacité GPI pour les années 2030, la loi sur l'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2024 exige une capacité opérationnelle initiale d'ici fin 2029, une capacité opérationnelle totale d'ici 2032, et une livraison ambitieuse d'au moins 24 GPI d'ici 2040.

Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l'Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.