La Turquie lance la production en masse de son char Altay

Jean Baptiste Le Roux
Par Jean-Baptiste Leroux Publié le 3 juin 2024 à 14h37
Char Altay Wikipedia

La Turquie a annoncé le lancement de la production en série de son char Altay. Ce projet, initié il y a 25 ans, représente donc une étape majeure pour l'industrie de défense turque.

Char Altay : un projet de longue haleine

Enfin ! La Turquie a officiellement lancé la production en série de l'Altay, son premier char de combat principal entièrement conçu et fabriqué dans le pays. Ce projet ambitieux a débuté il y a environ 25 ans et a été marqué par plusieurs retards. Le char Altay est le fruit d'une collaboration internationale. Conçu par la société turque Otokar et inspiré du K2 Black Panther sud-coréen, il est produit par BMC Defence, sous les auspices de la présidence des industries de défense turques (SSB). L'aide de Hyundai Rotem pour la conception et la technologie a été déterminante. Le char porte le nom du général d’armée Fahrettin Altay, un héros de la guerre d’indépendance turque.

En 2018, le projet a essuyé des retards importants en raison de la dépendance aux moteurs allemands MTU de 1.500 ch et aux transmissions RENK. Un embargo fédéral allemand sur les armes, en réponse à l’implication de la Turquie dans la guerre civile syrienne, a contraint la Turquie à trouver des solutions alternatives. BMC Power, une filiale de BMC, a finalement pris le relais pour produire le moteur BATU V12 de 1.500 ch.

Les enjeux stratégiques et industriels

La production en série de l'Altay représente une avancée stratégique majeure pour la Turquie. En devenant plus autonome dans le domaine de la défense, le pays renforce sa position sur la scène internationale. De plus, le char Altay pourrait attirer des partenariats et des collaborations avec d'autres pays intéressés par ce projet, ce qui pourrait stimuler l'industrie de défense turque. Le projet Altay est également une réponse aux défis géopolitiques régionaux. En développant et en produisant son propre char de combat principal, la Turquie réduit sa dépendance aux fournisseurs étrangers, renforçant ainsi sa souveraineté militaire. Cette initiative pourrait également permettre à la Turquie de se positionner comme un acteur clé dans l'exportation de matériel militaire, ouvrant de nouvelles opportunités économiques.

Côté technique, le char Altay est opéré par une équipe de quatre personnes, il mesure 7,3 mètres de long, 3,9 mètres de large et 2,6 mètres de haut. Ces dimensions et ses performances techniques en font un outil de combat moderne et efficace. Il est doté d'un canon MKEK de 120 mm. Mais également d'une mitrailleuse coaxiale 7,62 ainsi que d'une mitrailleuse Browning 12,7 mm (Cal.50), téléopérée depuis un opérateur situé dans la tourelle. Il dispose d'une autonomie de 430 kilomètres et sa vitesse de pointe peut grimper à 70 km/h. La même vitesse que le char Leclerc français.

Jean Baptiste Le Roux

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du site web. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme (IEJ) et membre de l'Association des Journalistes de Défense. Il publie de temps en temps dans la presse économique spécialisée.