Un char Abrams plus léger et de haute technologie prend forme

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 7 juin 2024 à 8h00
Pabrade/lithuania,october,21,,2019,us,army's,1st,armoured,battalion,of

L'armée américaine a sollicité General Dynamics Land Systems (GDLS) pour développer une variante plus légère et plus technologique des chars Abrams. Selon le Brigadier Général Geoffrey Norman, responsable de la modernisation des véhicules de combat, l'objectif est de déployer simultanément le nouveau char M1E3 Abrams et le véhicule de combat d'infanterie mécanisé M30, encore en cours de développement.

Ce déploiement en parallèle de chars remaniés et de véhicules de combat M30 au sein d'une brigade de combat blindée est un défi lancé par les hauts dirigeants de l'Armée, avec des contingences reposant sur des facteurs tels que les budgets de maturation technologique. Cependant, sa faisabilité reste à déterminer.

L'armée américaine organise actuellement une compétition entre American Rheinmetall Vehicles et GDLS pour la construction du véhicule XM30. Ce modèle est destiné à remplacer l'actuel véhicule de combat d'infanterie Bradley. Le vainqueur de cette compétition devrait être annoncé à la fin de l'année fiscale 2027 ou au début de l'année fiscale 2028, selon le Brigadier Général Norman.

La feuille de route pour la conception préliminaire du M1E3 et les développements ultérieurs reste en examen par le département d'acquisition de l'armée. En attendant, l'armée, en collaboration avec GDLS, définira les attentes spécifiques et les avancées réalisables pour la nouvelle variante Abrams. Un calendrier plus précis devrait être établi d'ici l'automne de cette année.

L'ancienne politique de mises à niveau annuelles pour le char Abrams a été abandonnée au profit d'un effort de modernisation globale visant à améliorer sa mobilité et sa survie sur le champ de bataille. Par conséquent, le programme de version 4 du système d'amélioration du M1A2 a été abandonné.

Le nouveau modèle M1E3 marque une rupture nette en termes d'approche de conception, bien qu'il réponde à des besoins similaires. GDLS, en collaboration avec l'armée, passera les 18 prochains mois à peaufiner plusieurs processus de maturation technologique, incluant des fonctionnalités telles que les capacités d'auto-chargement, l'assistance à l'équipage, des systèmes de propulsion alternatifs, des systèmes de protection active, etc.

Un de ces systèmes sera choisi pour être intégré plus tard dans un prototype de proposition de modification technique. L'objectif principal reste de réduire le poids de l'Abrams à moins de 60 tonnes, contre 73 actuellement. Pour y parvenir, la configuration de l'équipage pourrait devoir être modifiée, envisageant éventuellement un tourelle téléopérée ou optionnellement habitée comme mesure d'économie d'espace.

Par ailleurs, des systèmes de propulsion hybrides seront testés pour évaluer la faisabilité de diminuer la consommation de carburant tout en améliorant les capacités de veille silencieuse et de conduite, afin d'éviter toute détection. Le système de propulsion, cependant, doit démontrer une capacité à atteindre de hautes vitesses.

La nouvelle variante M1E3 sera également dotée d'un système de protection active intégré, essentiel pour la survie du véhicule et son profil de conception, bouclant ainsi la boucle pour un système qui promet de surpasser de loin ses prédécesseurs.

Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l'Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.