Après le Tigre, des hélicoptères d’attaque automatisés ?

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 19 février 2024 à 11h33
Hélicoptère Tigre Wikipedia

À l'heure où la technologie bouleverse les paradigmes de la guerre, la question de l'évolution des hélicoptères de combat, comme le Tigre, prend une tournure résolument futuriste. Entre réflexions stratégiques et avancées technologiques, le général Pierre Schill, à la tête de l'armée de Terre française, partage sa vision sur un avenir où les hélicoptères d'attaque pourraient être pilotés par des systèmes automatisés, marquant une rupture avec les méthodes conventionnelles et redéfinissant le rôle du combattant dans les opérations militaires.

Après le Tigre, l'automatisation au service de la stratégie militaire

L'enjeu autour de l'avenir des appareils tels que l'hélicoptère Tigre illustre le débat plus large sur l'impact de la robotisation dans l'armée. Face à une ère où les drones gagnent en prédominance, la France s'engage dans une réflexion nuancée sur la modernisation de ses forces. Le général Schill pointe vers une préférence nationale pour des opérations aériennes de proximité, effectuées de nuit, pour une infiltration efficace, tout en se projetant dans un futur marqué par une augmentation de la robotisation militaire.

Le choix entre la mise à jour des flottes existantes ou l'adoption de technologies de pointe, incluant des hélicoptères entièrement automatisés, reflète cette tension entre tradition et innovation. L'abandon par l'US Army de son programme FARA pour un modèle intégrant drones et autres technologies souligne cette évolution vers des solutions plus flexibles et économiques.

Les enjeux de la guerre moderne : adaptation et supériorité technologique

La guerre électronique et la capacité à contrer efficacement les drones émergent comme des facteurs déterminants dans l'évolution des stratégies de combat. Le général Schill met en exergue l'importance de cette dimension dans le conflit ukrainien, où une majorité de drones sont neutralisés par des moyens électroniques. Cette réalité met en lumière l'impératif d'évoluer vers des systèmes plus sophistiqués pour maintenir un avantage stratégique.

Par ailleurs, l'expérience ukrainienne rappelle que, malgré la prolifération des drones, la victoire sur le terrain exige toujours une présence humaine, une perspective soulignée par le général Kyrylo Boudanov. Ce constat renforce l'idée que la technologie, aussi avancée soit-elle, doit être envisagée comme un complément aux capacités humaines plutôt qu'un substitut.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.

1 commentaire on «Après le Tigre, des hélicoptères d’attaque automatisés ?»

  • PELOURDEAU Thierry

    Je penserais plutôt à une évolution plus rapide du Tigre avec plus d’IA et la possibilité de diriger des drones comme le SCAF. C’est déjà le cas dans le standard MK3 en partie sauf la vitesse. La rénovation du Tigre pourrait intégrer certaines briques du programme RACER

    Répondre
Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis