Jens Stoltenberg (OTAN) : les Alliés doivent continuer de soutenir l’Ukraine « aussi longtemps qu’il le faudra »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 3 juin 2024 à 13h57
OTAN, France, armée, stratégie,France Insoumise, politique, géopolitique

Cette récente déclaration de la séance informelle du Conseil de l'Atlantique Nord à Prague, en République tchèque, dirigée par le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, souligne la position renforcée de l'OTAN vis-à-vis du conflit en cours impliquant l'Ukraine et la Russie. L'accent mis sur le soutien à l'Ukraine met en évidence les tensions géopolitiques persistantes en Europe de l'Est et souligne le rôle de l'OTAN dans la recherche de la stabilité régionale. L'engagement à poursuivre et éventuellement à étendre le soutien à l'Ukraine suggère une approche stratégique de l'OTAN pour contrer les activités militaires russes et affirmer son influence dans la région.

En assumant un rôle accru dans la coordination de la fourniture d'équipements et de formations à l'Ukraine, l'OTAN montre son implication proactive et l'importance de l'Ukraine dans son architecture de sécurité. Cette approche reflète une position unifiée parmi les États membres, malgré des intérêts nationaux potentiellement divergents, et sous-tend le concept de défense collective qui est au cœur du traité fondateur de l'OTAN.

L'engagement financier significatif, les Alliés fournissant environ 40 milliards d'euros d'aide militaire chaque année depuis le début de l'invasion à grande échelle par la Russie en 2022, témoigne du soutien tangible des membres de l'OTAN. Cela renforce la détermination de l'Alliance à soutenir l'Ukraine à la fois sur le plan financier et stratégique, dans le but de dissuader toute nouvelle agression et de potentiellement modifier les calculs stratégiques de la Russie.

L'affirmation du Secrétaire général Stoltenberg selon laquelle la Russie ne peut pas simplement "attendre" le soutien de l'OTAN met l'accent sur la nature prolongée des conflits géopolitiques et sur la nécessité d'une assistance soutenue à l'Ukraine. En proposant un engagement financier pluriannuel, Stoltenberg offre un engagement à long terme qui va au-delà des besoins militaires immédiats, signalant la volonté de l'OTAN de soutenir l'Ukraine sur une période prolongée.

Cette situation reflète la nature évolutive des alliances internationales et de la dynamique de sécurité au XXIe siècle. Dans le contexte d'une confrontation renouvelée de style guerre froide, les actions et les politiques de l'OTAN, ainsi que son soutien à l'Ukraine, ont des implications plus larges pour la sécurité mondiale, l'ordre international fondé sur des règles et l'avenir des relations Est-Ouest.

Étant donné ces développements, le prochain sommet de Washington en juillet sera un moment critique pour que l'OTAN présente un front uni et trace les orientations futures concernant l'Ukraine et les défis de sécurité plus larges. L'accent mis sur le soutien continu, voire renforcé, à l'Ukraine sera probablement un sujet clé, aux côtés des discussions sur la direction stratégique de l'OTAN face à des menaces persistantes et à l'évolution de la dynamique mondiale.

Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l'Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.