La Grèce accroît sa flotte de Rafale et envisage de vendre des Mirage 2000-5 à l’Ukraine

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 31 mars 2024 à 10h30
La Grece Accroit Sa Flotte De Rafale Et Envisage De Vendre Des Mirage 2000 5 A Lukraine

Modernisation et rationalisation de la flotte grecque de chasseurs. Selon une interview vidéo accordée par le Ministre grec de la Défense, Nikos Dendias, au site défense Kathimerini, des efforts sont en cours pour moderniser et rationaliser la flotte de chasseurs de la Force aérienne hellénique. En effet, la Grèce prévoit de réduire le nombre de modèles d'avions de chasse de sept à seulement trois - les F-16V, F-35A et Rafale - d'ici la prochaine décennie. Outre l'acquisition du F-35A dès que la norme Block IV sera atteinte, Athènes a également l'intention d'acheter 6 Rafale supplémentaires auprès de la France, portant ainsi sa flotte à 30 appareils.

Un parc hétérogène nécessitant simplification

La flotte actuelle de l'Armée de l'air grecque compte pas moins de sept modèles différents totalisant 230 avions : F-4S Phantom II, F-16 Block 30/50/52/70, Mirage 2000-5 et Rafale. Ces différences handicapent autant l'interopérabilité avec les alliés que l'optimisation et la maîtrise des coûts. Les autorités grecques ont donc décidé d'opter pour une rationalisation du parc d'avions de chasse.

Disposition des F-16 et Mirage 2000-5, l'intérêt de l'Ukraine

Dans le cadre de cette restructuration, la Grèce envisage de vendre ses F-16 C/D Block 30 et surtout ses performants Mirage 2000-5 sur le marché de seconde main. Cette annonce a immédiatement suscité l'intérêt de l'Ukraine et de ses alliés. En effet, l'Ukraine est à la recherche de moyens pour renforcer sa défense aérienne face aux menaces russes.

Mirage 2000-5, une option attractive pour l'Ukraine

Les Mirage 2000-5 grecs, équipés du radar RDI et de missiles MICA, offrent plusieurs avantages pour l'Ukraine. Bien que moins sophistiqués que certaines autres alternatives, ils disposent d'une excellente capacité opérationnelle et sont disponibles rapidement. Les avions de chasse français viendraient ainsi compléter la flotte ukrainienne, qui compte notamment des MiG-29, Su-27 et L-39 Albatros. Il convient cependant de rappeler que tout éventuel transfert devra obtenir l'accord préalable de la France.

Un contexte géopolitique tendu

Cette actualité intervient alors que les tensions entre l'Occident et la Russie sont déjà extrêmement vives dans la région, notamment en raison de la crise ukrainienne. Par conséquent, il est probable qu'un renforcement des capacités aériennes ukrainiennes avec l'acquisition de Mirage 2000-5 issus de l'Armée de l'air grecque soit perçu comme une menace par Moscou. Dans ce contexte, il convient de s'interroger sur les implications potentielles d'un tel transfert dans la région.

Une coopération nécessaire pour assurer la sécurité régionale

Devant ces enjeux sécuritaires, il est essentiel pour les pays concernés de coopérer et de développer des synergies afin de garantir leur défense tout en minimisant les risques d'escalade. L'inclusion de nouveaux avions de chasse dans les forces aériennes ukrainiennes peut être un levier pour renforcer la collaboration entre alliés et accroître leur capacité à faire face aux menaces sans provoquer d'instabilité régionale.

Vers un nouvel équilibre dans la région ?

La décision de la Grèce d'augmenter sa flotte de Rafale et de vendre ses Mirage 2000-5 pourrait avoir un impact significatif dans la région, notamment pour l'Ukraine qui cherche à renforcer ses capacités aériennes. Cette situation souligne à quel point il devient primordial pour les États de travailler ensemble afin de trouver un équilibre entre leurs intérêts stratégiques et la sécurité régionale. Seule une coopération étroite entre les nations permettra d'assurer la stabilité et la prospérité du continent européen.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.

4 commentaires on «La Grèce accroît sa flotte de Rafale et envisage de vendre des Mirage 2000-5 à l’Ukraine»

  • Macool

    Vendre vous voulez dire donner, l’Ukraine ne remboursera jamais rien comme elle l’a fait avec la Russie et tout le gaz que les ukrainiens ont pu voler aux russes…

    Répondre
  • Philippe Borsa

    Le commentaire de Macool ci-dessous est diffamatoire et indigne. La russie a causé des dommages incommensurables à l’Ukraine et assassiné des dizaines de milliers d’Ukrainiens. C’est à la russie de payer pour toutes les destructions qu’elle a causées, et de rembourser jusqu’au dernier obus fourni à l’Ukraine par ses alliés.

    Répondre
  • Reisor

    Comme les emprunts russes vous voulez dire ?

    Répondre
  • Eric

    La russie remboursera qu’elle le veuille ou non, par ponction dans ses réserves à l’étranger.
    Quand aux «risques d’escalade» il faut arrêter d’avoir peur du nucléaire, car sinon la russie a déjà franchi toutes les frontières de l’ignominie.

    Répondre
Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis