L’usage d’armes occidentales en Russie : vers une escalade inévitable ?

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 29 mai 2024 à 16h30
russie

L'utilisation d'armes occidentales par l'Ukraine pour frapper des cibles en Russie représente un enjeu stratégique majeur dans le conflit en cours. Récemment, Emmanuel Macron a accepté pour la première fois d'autoriser Kiev à utiliser des missiles français pour cibler des installations militaires russes. Cette décision marque un tournant dans la politique de soutien militaire des pays occidentaux envers l'Ukraine et suscite des réactions variées de la part des alliés et adversaires de Kiev.

Un soutien inédit de la France et de l'Allemagne

Lors d'un conseil des ministres franco-allemand, Emmanuel Macron a justifié cette décision en soulignant la nécessité pour l'Ukraine de se défendre efficacement contre les attaques russes. « On doit permettre aux Ukrainiens de neutraliser les sites militaires d’où sont tirés les missiles », a déclaré le président français, ajoutant que cette mesure ne visait que les cibles militaires et non les installations civiles russes.

Olaf Scholz, chancelier allemand, a également infléchi sa position. Bien que l'Allemagne refuse toujours de livrer des missiles de longue portée à Kiev, Scholz a reconnu le droit de l'Ukraine à se défendre en vertu du droit international. Cette ouverture marque un changement significatif dans la politique allemande, jusque-là réticente à autoriser des frappes ukrainiennes sur le sol russe.

Réactions internationales et enjeux diplomatiques

La décision de la France et de l'Allemagne intervient dans un contexte de pressions internationales. Les États-Unis, par la voix de John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, ont réaffirmé leur position de ne pas encourager l'utilisation d'armes américaines pour frapper le territoire russe. Cependant, l'OTAN, par le biais de son secrétaire général Jens Stoltenberg, incite les alliés occidentaux à lever les restrictions qui « lient les mains des Ukrainiens dans leur dos ».

Vladimir Poutine, président de la Russie, a immédiatement réagi en avertissant les Européens des « graves conséquences » d'une telle décision, soulignant la vulnérabilité des territoires européens. Cette mise en garde reflète la tension croissante entre la Russie et les pays occidentaux sur la question du soutien militaire à l'Ukraine.

Une rupture avec les précédentes politiques de restriction

Traditionnellement, les alliés de Kiev imposaient des restrictions strictes sur l'utilisation des armes qu'ils fournissaient, limitant leur usage au territoire ukrainien pour éviter une escalade du conflit. Cependant, les récentes attaques russes, menées depuis son propre sol, ont poussé les dirigeants occidentaux à reconsidérer ces restrictions. Emmanuel Macron a expliqué ce changement par l'adaptation des pratiques russes, qui bombardent désormais des villes ukrainiennes depuis leur propre territoire, rendant nécessaire une réponse adaptée de la part de l'Ukraine.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.