L’exercice African Lion 2024 se termine au Sénégal

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 6 juin 2024 à 11h02
Silhouette,of,a,solider,saluting,against,the,american,flag

Alors que l'exercice African Lion 2024 (AL24) touche à sa fin à Dodji, Sénégal, l'air est épais de bien plus que le simple sable saharien impitoyable; il est empli d'un profond sentiment de réalisation et de camaraderie. L'édition de cette année de l'AL24, pierre angulaire des efforts d'engagement du Commandement des États-Unis pour l'Afrique, a été un témoignage retentissant du pouvoir de la coopération militaire internationale. Mené à travers plusieurs nations africaines dont le Ghana, le Maroc, le Sénégal et la Tunisie, cet exercice a impliqué plus de 8 100 participants de 27 nations, aux côtés des contingents de l'OTAN, soulignant son envergure et son importance stratégique.

Le Sénégal, jouant le rôle de nation hôte aux côtés des États-Unis et des Pays-Bas, a démontré un partenariat exceptionnel. L'exercice, qui s'est déroulé du 19 avril au 31 mai, a englobé une formation rigoureuse des forces combinées, touchant à tout, des tactiques d'infanterie et des opérations stratégiques à la formation médicale. L'inclusion notable de l'Armée Royale des Pays-Bas a apporté une dimension enrichie à la collaboration multinationale.

Stratégiquement, l'AL24 a servi plusieurs objectifs. Il a considérablement renforcé l'état de préparation opérationnelle, amélioré l'interopérabilité entre les forces participantes et renforcé les relations militaires. Des exercices de tir réel aux simulations médicales tactiques qui ont vu les médecins des Forces Armées du Sénégal travailler côte à côte avec les équipes médicales américaines et néerlandaises, la portée de l'AL24 était large et son exécution, méticuleuse.

L'échange culturel tissé dans la trame de l'AL24 a également joué un rôle essentiel dans le renforcement des relations non seulement entre les militaires, mais aussi avec les communautés locales. Le Capitaine de l'Armée américaine, Eric Streeter, ainsi que ses homologues, se sont immergés dans des interactions de terrain avec la population sénégalaise, une initiative qui a favorisé la compréhension et le respect mutuels. Ces engagements communautaires sont cruciaux car ils renforcent les capacités de pouvoir doux de l'armée, facilitant des opérations plus fluides sur les terrains étrangers.

La pertinence tactique de l'exercice était à la hauteur de sa profondeur opérationnelle. L'exercice d'état-major dirigé par la 2ème Brigade d'assistance à la sécurité de l'armée américaine a présenté des défis de commandement et de contrôle complexes qui ont été habilement navigués, mettant en valeur un niveau avancé de coordination stratégique. Pendant ce temps, le 1er Bataillon du 175ème régiment d'infanterie de la Garde nationale de l'armée du Maryland a offert des exemples remarquables d'exécution au niveau du terrain des tactiques d'armes combinées.

Soulignant le succès de l'exercice, le Colonel Matthias Greene, officier en charge de l'AL24 au Senegal, a remarqué avoir dépassé toutes les normes définies en termes de coordination opérationnelle et de réalisations d'entraînement collectif. Ses sentiments ont fait écho à travers les rangs des forces participantes, résumant l'essence de ce à quoi African Lion aspire : préparation, partenariat et posture stratégique solide en Afrique.

Pour le 20ème anniversaire de l'African Lion, l'AL24 a non seulement reflété les succès passés mais a également établi une trajectoire orientée vers l'avenir pour les engagements futurs. Les implications stratégiques de tels exercices sont profondes, impactant la stabilité régionale et les capacités opérationnelles des militaires africains et de leurs alliés.

En regardant vers l'avenir, la continuité des exercices African Lion promet une amélioration supplémentaire des compétences tactiques et des liens internationaux. L'héritage de l'AL24, marqué par son envergure et la profondeur de la coopération, influencera sans aucun doute les futures entreprises militaires collaboratives, pas seulement en Afrique mais dans des contextes militaires internationaux plus larges.

Dans une ère où les dynamiques de sécurité mondiale sont de plus en plus complexes et interconnectées, des exercices comme l'African Lion ne sont pas seulement bénéfiques ; ils sont essentiels. Ils offrent une plateforme concrète pour l'harmonisation opérationnelle et les alignements stratégiques, favorisant un environnement de sécurité coopératif qui bénéficie à toutes les nations participantes.

Pour plus d'informations et des aperçus détaillés de l'exercice African Lion et de ses futures itérations, les passionnés et les analystes militaires peuvent accéder à un contenu étendu sur des plateformes comme le service de distribution d'information visuelle de la défense (DVIDS), garantissant une couverture et une analyse complètes de ces engagements militaires stratégiques.

Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l'Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.