Israël – Iran : combien ont coûté l’attaque et la défense ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 17 avril 2024 à 8h27
iran, israël, attaque, défense, coût, argent, dépense, militaire

Les tensions sont de plus en plus élevées au Moyen-Orient, en particulier depuis l’attaque iranienne du 13 avril 2024 contre Israël en représailles de son bombardement à Damas une semaine plus tôt, et la réponse défensive de ce dernier. Si l’attaque iranienne a été un échec militaire, elle aura néanmoins coûté bien moins cher que ce qu’a dépensé Israël pour se défendre avec, notamment, son système appelé Dôme de Fer.

Face à l'Iran, Israël est économiquement le grand perdant

Selon des estimations réalisées par l’association Groupe d’études géopolitiques sur son site Le Grand Continent, l'Iran aurait investi environ 49 millions de dollars dans son offensive, utilisant des drones et missiles diversifiés pour frapper le territoire israélien. Cette attaque comprenait 170 drones Shahed (35.000 dollars l'unité), 30 missiles de croisière (1 million de dollars l'unité), et 120 missiles balistiques (110.000 dollars l'unité), selon des sources spécialisées dans la sécurité.

D'autre part, la défense mise en place par Israël, avec l'appui des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et de la Jordanie, a représenté une charge financière bien plus conséquente, estimée à 345 millions de dollars pour abattre uniquement les drones et missiles. Cependant, des estimations plus larges, mentionnées par l’article, suggèrent que le coût total pourrait s'élever à environ 1,2 milliard de dollars, en comptant l'emploi du système de défense aérienne David’s Sling, le maintien de 100 avions de guerre en vol, ainsi que divers autres coûts opérationnels.

Attaquer coûte moins cher que se défendre

Les données montrent une asymétrie frappante : la défense contre l'attaque iranienne coûte jusqu'à sept fois plus que l'attaque elle-même. Cette situation souligne l'écart technologique et stratégique entre l'offensive et la défensive, où un seul missile de défense Patriot, par exemple, peut coûter 40 fois plus que le missile offensif qu'il est destiné à intercepter. « Bien que 99 % des projectiles ont été détruits, une attaque massive de ce type est relativement soutenable financièrement, tandis que le coût défensif est quant à lui extrêmement élevé », écrit ainsi Le Grand Continent.

Ce constat pousse à réfléchir sur la viabilité financière de telles stratégies de défense à long terme… bien que le budget de la Défense en Israël soit largement supérieur à celui de l’Iran. Le premier a consacré, en 2022, 25 milliards de dollars à son armée et annexes. L’Iran, quant à lui, n’y aurait accordé qu’environ 7,5 milliards de dollars.

Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l'Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.