Gaza : Israël reconnaît la frappe aérienne qui a tué des humanitaires

Cedric.bonnefoy
Par Cédric Bonnefoy Publié le 2 avril 2024 à 16h00
Gaza-israel-reconnait-frappe-humanitaire

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou vient de reconnaître la frappe mortelle ayant tué plusieurs humanitaires de l'ONG World Central Kitchen. Un nouvel accroc de l’État Hébreu dans la bande de Gaza.

Israël reconnaît la frappe mortelle à Gaza

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, vient d’admettre une frappe aérienne "non intentionnelle" à Gaza, entraînant la mort de sept collaborateurs de l'ONG World Central Kitchen. Cette organisation, connue pour ses efforts humanitaires dans des zones de conflit, a vu ses membres tragiquement touchés alors qu'ils livraient de la nourriture dans la bande de Gaza.

D'après les premières informations collectées, les humanitaires de Central Kitchen circulaient à bord de véhicules blindés, au moment ou le ou les tirs hypothétiques des F15 ou F16 israéliens les ont touchés. Tsahal possède 224 F16, et 83 F15, qui tirent notamment des missiles air-sol Maverick.  Tsahal possède également des hélicoptères de combat Cobra et Apache, mais en nombre beaucoup plus limité : en tout une cinquantaine d'appareils, dont certains sont actuellement en maintenance. A l'inverse, l'armée de l'air israélienne est la plus puissante de la région, et l'un des plus puissantes au monde. 

Cet aveu d'Israël jette le trouble parmi les belligérants qui soutiennent cette offensive dans l’enclave palestinienne. La réaction internationale ne s'est pas fait attendre, avec des déclarations de préoccupation et de choc venant des États-Unis, de la Chine, ainsi que de plusieurs pays européens. Ces réactions soulignent la gravité perçue de l'incident. La promesse de Netanyahou d'une enquête approfondie et de mesures pour éviter la répétition de tels événements ne semble pas suffire. Cette fois, plusieurs pays demandent des comptes à l’état-major et au gouvernement de Tel-Aviv.

Comment une telle erreur de tir a-t-elle pu se produire ? Tsahal a-t-elle reçu des informations erronées laissant croire que le convoi pouvait transporter des dignitaires du Hamas ? Ou bien s'agit-il d'un tir d'opportunité, ou encore d'une erreur dans la chaîne de commandement ? 

World Central Kitchen va quitter la zone

Pour tenter d’apaiser les tensions avec la communauté internationale, Benyamin Netanyahou promet que des suites seront données. Le général Herzi Halevi va personnellement lire les conclusions de l’enquête en cours. Elle devra fournir des réponses pour comprendre qui et surtout pourquoi la chaîne de commandement israélienne a donné l’ordre de la frappe.

Conséquence de la mort de sept travailleurs humanitaires, World Central Kitchen annonce qu’elle va arrêter ses activités dans la zone de Gaza. Problème : il s’agit d’une des dernières associations encore présente sur place. Mais surtout, l’une des rares qui permet d’acheminer de la nourriture dans l’enclave. La menace d’une famine sur Gaza prend de plus en plus d’ampleur.

Rappelons que les tirs fratricides représentent entre 20 et 30 % du total des victimes dans les combats de haute intensité. Tsahal revendique 600 morts au combat depuis le déclenchement des opérations dans la bande de Gaza. Cela signifie donc qu'entre 150 et 200 soldats israéliens sont tombés, victimes de tirs d'armes automatiques, de canon ou de missiles israéliens. 

Cedric.bonnefoy

Cédric Bonnefoy est journaliste en local à la radio. À côté, il collabore depuis 2022 avec Économie Matin.