L’espace, nouveau champ de bataille ?

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 30 mai 2024 à 12h00
espace

La militarisation de l'espace est un sujet brûlant dans le contexte géopolitique actuel. Les récentes accusations des États-Unis à l'encontre de la Russie, concernant le déploiement d'une arme spatiale sur la trajectoire d'un satellite américain, ont ravivé les tensions entre les grandes puissances.

La militarisation de l'espace : une nouvelle course aux armements

Le 21 mai 2024, les Etats-Unis ont accusé la Russie d'avoir lancé en orbite terrestre basse une arme spatiale capable d'attaquer d'autres satellites. Selon le général Patrick Ryder, porte-parole du Pentagone, cet engin spatial a été déployé sur la même orbite qu'un satellite américain, menaçant ainsi la sécurité des infrastructures spatiales américaines. Le Kremlin, par la voix de Dmitri Peskov, a nié ces accusations en affirmant que la Russie agit conformément au droit international et a toujours plaidé pour l'interdiction des armes dans l'espace.

Les tensions entre Washington et Moscou ne sont pas nouvelles, mais elles prennent une dimension particulière dans le domaine spatial. Depuis plusieurs mois, les deux superpuissances s'accusent mutuellement de vouloir militariser l'espace. En février dernier, la Maison Blanche avait déjà alerté sur le développement par la Russie d'une arme antisatellite. De plus, les initiatives de non-prolifération proposées par les deux camps aux Nations unies ont été systématiquement bloquées, révélant une profonde méfiance et un manque de coopération internationale.

La guerre des étoiles se prépare-t-elle ?

Les États-Unis ont intensifié leurs préparations pour d'éventuels conflits spatiaux futurs. Selon des sources militaires, Washington développe des technologies avancées pour protéger ses satellites et garantir la suprématie américaine dans l'espace. Les forces armées américaines travaillent également à la mise en place de systèmes de défense capables de neutraliser les menaces spatiales avant qu'elles ne deviennent opérationnelles. Cette course à l'armement spatial est justifiée par la nécessité de protéger les infrastructures critiques, notamment les satellites de communication et de navigation, indispensables au bon fonctionnement des systèmes militaires et civils.

La Russie, de son côté, a réactivé ses programmes d'armement antisatellite depuis l'annexion de la Crimée en 2014. Les experts militaires, comme le général Michel Friedling, ancien commandant de l'espace de la France, soulignent que Moscou a développé plusieurs satellites capables de libérer d'autres petits engins spatiaux, créant ainsi des systèmes d'armement complexes et difficiles à détecter. Le lancement du satellite « Cosmos 2543 » en 2019, capable de libérer deux autres satellites, illustre parfaitement cette stratégie russe de « poupées russes » satellitaires.

Quelles sont les possibles régulations ?

Les tentatives de régulation de l'armement spatial se heurtent à de nombreux obstacles. Le traité de l'espace de 1967, qui interdit le placement d'armes nucléaires en orbite, n'est plus suffisant pour encadrer les nouvelles technologies développées par les grandes puissances. Les Nations unies peinent à obtenir un consensus sur des mesures de non-prolifération efficaces, en raison des rivalités géopolitiques et des intérêts nationaux divergents.

L'évolution de la militarisation de l'espace pourrait conduire à plusieurs scénarios. Un premier scénario envisage une course aux armements intensifiée, avec un risque accru de conflits dans l'espace. Un second scénario, plus optimiste, pourrait voir la mise en place de nouvelles régulations internationales, grâce à une coopération accrue entre les puissances spatiales. Enfin, un troisième scénario hybride pourrait combiner des éléments des deux premiers, avec des périodes de tensions suivies de phases de coopération.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.