Défense militaire : le Japon renforce son partenariat avec les États-Unis

Cedric.bonnefoy
Par Cédric Bonnefoy Publié le 9 avril 2024 à 16h00
defense-militaire-japon-rapprochement-etats-unis

Face à l’essor grandissant de la Chine dans le domaine militaire, le Japon commence également à réinvestir dans ce domaine. Le pays vient, par exemple, de commander plusieurs centaines de missiles Tomahawk aux États-Unis.

Le Japon réinvestit dans la défense militaire

Le Japon a franchi un pas significatif en augmentant de manière inédite son budget de défense pour l'année 2024. Avec une allocation de 48,3 milliards d'euros, Tokyo adopte clairement une posture plus affirmée face à la Chine. Cette décision, soutenue par le gouvernement du Premier ministre Fumio Kishida et approuvée par la Diète japonaise, signale un tournant dans la politique de défense de l'archipel. Profondément ancré dans un principe de paix, conformément à sa Constitution d’après-guerre, le Japon semble redéfinir sa stratégie de défense militaire face aux défis régionaux émergents.

Dans cette optique, il noue un partenariat stratégique avec les États-Unis, matérialisé notamment par l’achat de plusieurs centaines de missiles de croisière Tomahawk. Le pays affiche aussi la volonté de produire ses propres avions de combat, en collaboration avec le Royaume-Uni et l'Italie.

Les États-Unis, principal allié militaire

Cette démarche japonaise de réinvestissement dans la défense militaire se manifeste également par un renforcement de ses forces existantes, comme en témoigne la commande de chasseurs F-35 américains. Les États-Unis maintiennent une présence significative au Japon, avec plus de 50 000 soldats basés à Okinawa. Face à l’intensification des tensions de la Chine, notamment à l’égard de Taïwan, le Japon a décidé de revoir sa politique sur le nucléaire.

Le gouvernement japonais envisage désormais d’accueillir sur son territoire des armes nucléaires américaines, une décision qui représente un changement profond de la philosophie japonaise depuis 1945. Cette évolution est soulignée par la visite du Premier ministre japonais aux États-Unis, qui discute notamment de l’adhésion du Japon à l’alliance de défense AUKUS, actuellement composée des États-Unis, de l’Australie et du Royaume-Uni.

Cedric.bonnefoy

Cédric Bonnefoy est journaliste en local à la radio. À côté, il collabore depuis 2022 avec Économie Matin.