Char Leclerc : une rénovation moteur nécessaire

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 6 novembre 2023 à 8h50
Char Leclerc Wikipedia

L'avenir immédiat des blindés lourds de l'armée française s'oriente vers une phase critique de modernisation. Alors que le développement du futur système de combat terrestre, le MGCS, n'aboutira pas avant 2040, l'armée de Terre se voit contrainte de repenser la viabilité de son parc de chars Leclerc. La mise à niveau envisagée devrait adresser des problèmes techniques significatifs. Dont le plus pressant est le remplacement de leur moteur vieillissant.

Char Leclerc : les enjeux de mise à niveau technique

La stratégie de modernisation implique une mise à jour conséquente du Leclerc pour atteindre le standard XLR. Ce qui le rendrait conforme aux nouvelles exigences opérationnelles du programme SCORPION. Cependant, ce processus est freiné par la désuétude de composants clés. Tels que le groupe moto-propulseur, un aspect critique mis en lumière par le député François Cormier-Bouligeon. Le non-renouvellement de l'outil industriel nécessaire à la production des turbomachines constitue un risque de surcoûts à moyen et long terme, une épée de Damoclès pour le budget de défense.

Le problème majeur reste le coût élevé du soutien opérationnel du Leclerc. Bien que potentiellement allégé par les travaux de rénovation, ce char est alourdi par les limitations du moteur actuel. La non-production du moteur V8X-1500 originellement conçu par SACM complique la situation, nécessitant des réflexions stratégiques pour trouver une solution viable et économiquement soutenable.

Perspectives d'un nouveau système de propulsion

L'alternative envisagée serait d'intégrer un moteur alternatif. Il pourrait s'agir de celui utilisé par les forces armées des Émirats Arabes Unis. En l'occurence le robuste diesel MT883 KA-500 produit par MTU. Cette option promet une compatibilité accrue avec les normes actuelles et futures. Elle présumerait aussi d'une réduction des frais de maintenance à terme. Cependant, le choix d'une telle remotorisation, bien qu'induisant des coûts initiaux non négligeables, semble être un passage obligé pour conserver l'efficacité des chars Leclerc.

En parallèle, les véhicules comme l’AMX-10RC et le VAB sont aussi sujets à une nécessaire extension de service, impliquant des gestions de maintenance complexes et onéreuses, dans l'attente de leurs remplaçants modernes dans le cadre du programme SCORPION. Ces ajustements opérationnels reflètent les défis logistiques et financiers que l'armée de Terre doit surmonter pour assurer la continuité et l'efficacité de ses forces en attendant la prochaine génération de véhicules de combat.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.

1 commentaire on «Char Leclerc : une rénovation moteur nécessaire»

  • PELOURDEAU Thierry

    La protection des chars Leclerc ne comporte pas de défense hard kill tel le trophy israélien, et il faudrait une défense plus efficace contre les drones. Il faudrait une convergence vers l’EMBT sur ces questions; la motorisation serait MTU semble être la solution, mais pourquoi ne pas s’intéresser à des moteurs comme l’ALLISON américain (1 chambre assure le mouvement contraire de 2 pistons) qui réduirait la consommation ?

    Répondre
Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis