Biden autorise l’Ukraine à frapper en Russie : vers une escalade inévitable ?

Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 31 mai 2024 à 14h00
biden, russie, missile, guerre, embargo, fabrication, ukraine, armement

Le président américain Joe Biden a récemment autorisé l'Ukraine à frapper des cibles en Russie dans la région de Kharkiv. Cette autorisation marque un changement de position notable et pourrait avoir des répercussions importantes sur la dynamique de la guerre en Ukraine.

Biden autorise l'Ukraine à frapper en Russie

Joe Biden a donné son feu vert pour que l'Ukraine utilise des armes américaines afin de contre-attaquer dans la région de Kharkiv. Selon un responsable américain, l'objectif est de permettre à l'Ukraine de riposter lorsque les forces russes les attaquent ou se préparent à les attaquer. Cependant, cette autorisation est assortie de conditions strictes. Les États-Unis continuent de s'opposer aux frappes ukrainiennes en profondeur sur le territoire russe. La position américaine d'interdiction de l'utilisation des missiles ATACMS, qui peuvent atteindre jusqu'à 300 km, reste inchangée.

Ce changement de position intervient après des semaines de discussions en coulisses entre la Maison-Blanche, des hauts responsables de l'armée et du Département d'État américain. Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine, a déclaré que les États-Unis s'adaptent et ajustent leur position en fonction de l'évolution du champ de bataille et de la manière dont la Russie conduit son agression. Cette décision intervient également après le lancement d'une offensive russe sur Kharkiv début mai, qui a mis l'armée ukrainienne en difficulté.

Des réactions internationales

L'OTAN a poussé les capitales occidentales à lever les restrictions qui « lient les mains dans le dos des Ukrainiens », selon Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'organisation. Plusieurs pays, dont la France, se sont ralliés à cette position. Emmanuel Macron a récemment exprimé son soutien à l'idée de neutraliser les bases russes d'où sont tirés des missiles sur l'Ukraine. Cependant, le Kremlin a reproché à l'OTAN de lancer « un nouveau cycle d'escalade ». Vladimir Poutine a averti des « graves conséquences » en cas d'utilisation d'armes occidentales contre le territoire russe.

La décision de Joe Biden et le soutien accru de l'OTAN à l'Ukraine augmentent le risque que la Russie considère l'OTAN comme un cobelligérant. Si la Russie venait à interpréter les frappes ukrainiennes avec des armes occidentales comme une attaque directe de l'OTAN, cela pourrait entraîner une escalade vers un conflit plus large. Les capacités militaires européennes, que ce soit en termes d'hommes disponibles, d'armes ou de capacités de production, pourraient également être mises à rude épreuve en cas d'extension du conflit.

Jean Baptiste Giraud

Journaliste éco, écrivain, entrepreneur. Dir de la Rédac et fondateur d’EconomieMatin.fr. Fondateur de Cvox.fr. Officier (R) de gendarmerie.