La marine canadienne met en service le HMCS William Hall : un atout stratégique pour les eaux arctiques canadiennes

Cropped Favicon Armees 2.png
Par Laurène Meghe Publié le 20 mai 2024 à 13h00
La Marine Canadienne Met En Service Le Hmcs William Hall 1

La marine royale canadienne a officiellement mis en service le quatrième navire de patrouille extracôtier et de l'Arctique de la classe Harry DeWolf, le HMCS William Hall, lors d'une cérémonie à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Ce navire renforcera les capacités du Canada à protéger sa souveraineté dans les eaux arctiques et à faire face aux défis de défense futurs dans le Nord.

Contexte et importance du HMCS William Hall

Le HMCS William Hall (AOPV 433) a été construit dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale d'Ottawa, visant à renforcer les forces navales du pays face aux menaces évolutives en Amérique du Nord. Ce navire porte le nom du premier Canadien africain à recevoir la Croix de Victoria pour sa bravoure lors du siège de Lucknow dans les années 1850. La cérémonie de mise en service marque l'achèvement des essais en mer et à quai, signifiant que le navire est prêt à déployer et à remplir ses missions.

Caractéristiques techniques et missions

Le HMCS William Hall est conçu pour des missions variées, incluant la surveillance, la reconnaissance, le soutien aux hélicoptères maritimes, les missions de recherche et de sauvetage, ainsi que d'autres tâches de réponse aux menaces maritimes. Ce navire mesure 103,6 mètres de long et dispose d'une poutre de 19 mètres. Il est propulsé par un moteur diesel-électrique, lui permettant d'atteindre une vitesse de 17 nœuds en eau libre et 3 nœuds dans la glace.

Le navire peut accueillir deux bateaux de sauvetage multi-rôles, une embarcation de débarquement, un hélicoptère similaire aux CH-148 Cyclone ou CH-146 Griffon, un drone à décollage et atterrissage verticaux (VTOL), des camions, des motoneiges et 80 membres d'équipage. Il est également armé d'un canon Mark 38 de 25 millimètres et de mitrailleuses lourdes M2 Browning.

La Marine Canadienne Met En Service Le Hmcs William Hall

Programme de patrouille extracôtier et de l'Arctique

Le gouvernement canadien a investi 4,98 milliards de dollars canadiens pour acquérir six navires de la classe DeWolf auprès du constructeur naval local Irving en 2015. Le programme de conception a débuté deux ans avant l'acquisition. Chaque navire est affilié à l'une des six régions de l'Inuit Nunangat pour honorer le patrimoine national. En mars, le gouvernement a affilié le HMCS William Hall à la région de Kivalliq à Rankin Inlet, au Nunavut.

La construction du dernier navire de patrouille extracôtier et de l'Arctique, le HMCS Robert Hampton, a commencé en 2022 et devrait être achevée en 2025.

Propos des officiels

Lors de la cérémonie de mise en service, le ministre de la Défense nationale, Bill Blair, a déclaré : "La protection de la souveraineté canadienne est la mission numéro un des Forces armées canadiennes, et ces navires de patrouille sont une capacité importante qui permet à notre marine de remplir cette mission."

Le vice-amiral Angus Topshee, commandant de la marine royale canadienne, a ajouté : "Notre quatrième navire de patrouille extracôtier et de l'Arctique est désormais prêt à protéger nos eaux arctiques et les intérêts maritimes du Canada."

Enfin, le commandant Scott Kelemen, du HMCS William Hall, a exprimé sa fierté pour l'équipage : "Ils ont passé de nombreux mois à préparer le navire et à se préparer aux défis à venir. La cérémonie de mise en service est un moment symbolique et une occasion unique pour de nombreux marins."

La mise en service du HMCS William Hall marque une étape cruciale dans le renforcement des capacités de la marine canadienne à opérer dans les régions arctiques et à répondre aux menaces maritimes contemporaines.

Cropped Favicon Armees 2.png

Rédactrice spécialisée dans la défense, les armées, et l'industrie aéronautique et spatiale. Expertise en aviation civile et militaire, je couvre également les domaines de la défense, des drones, et des enjeux industriels, y compris les relations entre les entreprises et leurs partenaires financiers.